10 novembre 2015

La IIIe et la Ve : des Républiques aux évolutions divergentes

Ayant traité récemment de la crise constitutionnelle inédite qu'ouvrirait, pour la Ve République, une élection de Marine Le Pen à la magistrature suprême sans que les législatives ne lui fournissent une majorité parlementaire, je voudrais revenir un peu sur le sujet et proposer une perspective historique en matière constitutionnelle, par une comparaison brève entre les IIIe et Ve République, leurs principes initiaux et leur évolution. La IIIe et la Ve République sont les seules à avoir duré plusieurs décennies. L'image que l'on a... [Lire la suite]
08 novembre 2015

Risque de crise constitutionnelle et de guerre civile : la République face à l'hypothèse Le Pen

Il y a une semaine, Malek Boutih, l'un des seuls hommes politiques du paysage français à être à la fois intelligent, lucide et honnête - sans doute la raison pour laquelle il n'est pas au gouvernement - déclarait que, pour lui, l'élection présidentielle de 2017 était jouée d'avance et que Marine Le Pen serait élue. Mes lecteurs se souviendront que c'est également mon point de vue, et que j'ai d'ores et déjà présenté le scénario d'une probable élection de Marine Le Pen. Dans ce précédent billet, j'avais évoqué l'idée, pour répondre à... [Lire la suite]
Posté par Philippe Fabry à 15:50 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
01 novembre 2015

REPLAY : Comment empêcher l’État de grossir : rétablir le consentement à l’impôt

Voici un texte que j'avais publié il y a trois ans sur Contrepoints. Je le reproduis aujourd'hui parce qu'il me semblait contenir quelques bonnes idées et pourra intéresser les lecteurs que j'ai gagnés entretemps. Peut-être sera-t-il intéressant de revenir, dans un prochain billet, sur ce concept de pouvoir contributif primordial. Un État peut grossir indéfiniment parce qu’il en a les moyens, ou plutôt parce qu’il les prend. Pour qu’un État démocratique cesse de grossir indéfiniment, il faut que l’impôt ne soit décidé par aucun... [Lire la suite]